Des corrections pas seulement pour le guidage

nullLes corrections et la précision fournie par le réseau Orphéon peuvent également être couplées avec de nombreuses autres informations géo localisées pour la gestion étendue de votre exploitation.

Les applications des champs fleurissent

La transformation digitale conquière de nouveaux terrains, dans les villes, mais aussi… dans nos champs. La transformation de la ferme de demain continue. Elle regorgera de capteurs et d’objets connectés, cultivateur ou l’exploitant aura son tableau de bord accessible via smartphone dans la poche et sera capable de faire tourner des algorithmes prédictifs sur les données collectées pour l’aider dans son travail au jour le jour et pour la prise de décision.

Le taux d’équipement en smartphones est en progression chez les professions agricoles. Selon le Baromètre agricole Terre-net Bva de mars 2014, 45% des agriculteurs sont équipés de smartphones leur permettant de surfer sur internet, contre 39% en novembre 2012. De quoi faire émerger un marché pour les applications d’assistance à la gestion agricole, qui fleurissent sur l’App Store. Le semencier Dekalb fournit par exemple depuis 2013 des applications mobiles pour aider à calculer le taux de semis optimal du maïs.

null

Les corrections ne concernent pas seulement le GPS du tracteur mais aussi les GPS utilisés pour la cartographie numérique (SIG ou système d’information géographique) des parcelles, les drones ou bien encore les robots d’entretien.

Pour le SIG, ces GPS de terrain servent à coupler des données de positionnement enregistrées sous forme de tables stockées dans des bases de données : données d’arpentages, de circulation des machines et d’autres informations d’exploitation comme les indices de végétation ou la résistivité. Puis ces informations peuvent être enregistrées sous formes de couches pour visualiser et analyser différents aspects et détails de l’exploitation sur des cartes (vectorielles ou raster) ou des images qui deviennent des outils précieux d’aide à la décision.

L’optimisation des informations ainsi collectées permet une meilleure préparation ou un meilleur contrôle des rendus ou bien encore la prise en compte et la traçabilité de besoins agronomiques spécifiques en fonctions des différentes zones exploitées. Les interfaces ou différents logiciels existants, facile d’utilisation, permettent de visualiser, modifier et exporter l’ensemble des informations recueillies

null

Le couplage de ces données de positionnement peut également être partagé avec d’autres équipements utilisant eux aussi des GPS de précision et des corrections RTK. Ainsi ces données peuvent être utilisées ou provenir:

  • de drones pour des travaux d’analyse des cultures ou des sols par exemple
  • ou de robots d’entretiens pour des travaux de binages par exemple. avec des compléments d’informations d’aie relatifs  à  la température et l’hygrométrie de l’air par capteur, les températures et l’hygrométrie du sol à 10 cm, l’enherbement, le nombre de pieds

Les besoins de connexion du matériel sont de plus en plus importants et répandus grâce, notamment, aux services supplémentaires qu’elles autorisent en plus des services de corrections RTK : la téléassistance à distance, la télématique, le téléchargement, désormais disponibles à bords (voir cartes SIM Flux Etendu). Les possibilités et les développements sont rapides et  semblent infinis.

Les deux types de précision en agriculture (Suite)